Histoire de Coligny

Tranches de vie à cette époque à Coligny



Des représentants de Coligny furent invités à la première fête nationale du 14 juillet à Paris et à Lyon. L'autre grande fête qui existait autrefois était la fête de l'agriculture qui avait lieu le 15 Messidor. Toutes ces fêtes coûtaient au maximum 150 francs (loi votée le 30 Brumaire de l'an V). Le premier bureau de poste de Coligny fut créé le 26 février 1792. L'éducation était assurée, par Monsieur Caillot (agréé en 1789), pour la somme de 30 livres par an. Les propriétés des seigneurs de Coligny, comme tous les biens nationaux furent vendus à des particuliers.



Le Consulat - L'Empire - La Restauration (1799 à 1830)



Durant cette période, il y eut beaucoup de problèmes entre le clergé et la municipalité. Cela valut à l'abbé Maître de Cuiseaux d'aller en prison. En 1806, il y eut la suppression des péages au centre de Coligny et l’on construisit un cimetière au lieu dit « En Prêle » puis une prison en 1814.

Coligny a été pillé par les troupes autrichiennes et françaises en 1814, ce qui provoqua des mouvements de mécontentement et de peur chez les habitants qui se cachaient dans les bois.

Le champ de Mars fut planté de tilleul le 17 mars 1811.La fontaine au tilleul avec ses canalisations, est terminée le 28 juin 1811.

Afin d'aider les gens se trouvant dans la misère, la commune installe des Ateliers de charité dont faisait partie la carrière de Vergongeat.

En l'an XII, une épidémie de variole décime le canton d'où l'application du remède de Jenner (première vaccination contre la variole).

 

Population en 1811: 1871 habitants.

(actuellement 1117 habitants à Coligny)